Nouvelles

Retour

En réponse à l'IEQ 2017, 4 constats sur l’entrepreneuriat féminin par l’EEB

1 nov. 2017

L’École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB) accueille, depuis sa fondation en 2010, des centaines d’entrepreneurs annuellement dans ses différents programmes. Les clientèles, provenant de tous les secteurs d’activité et de toutes les régions du Québec, représentent la réalité de l’entrepreneuriat au Québec. Grâce à la mise en place de mesures de sa clientèle et des impacts de son accompagnement, l’EEB a pu observer que l’entrepreneuriat féminin est en progression.

L’entrepreneuriat féminin gagne du terrain

Est-ce que l’entrepreneuriat féminin gagne du terrain ? La réponse est définitivement oui ! Alors que les cohortes du Programme Élite comptent en moyenne 23 % de femmes pour 77 % d’hommes, le Programme Émergence compte 30 % de femmes, pour 70 % d’hommes. La grande majorité d’entre elles sont âgées de 25 à 34 ans. 

De plus en plus de femmes à la tête d’entreprises traditionnellement masculines : la tendance est à l’union et à la diversité

Elles demeurent toutefois faiblement représentées dans le groupe des fondateurs d’entreprise (à peine 13 % de celles-ci), étant plus actives en tant que relèves (37 % de celles-ci). Force est de constater que bien que les femmes soient davantage présentes dans l’univers entrepreneurial québécois, elles s’orientent plus naturellement vers la continuité d’une entreprise existante que vers la création d’une nouvelle entreprise de toutes pièces. Dans ce contexte, il est logique, mais tout de même rafraîchissant, de constater qu’elles sont actives dans tous les secteurs d’activité, même ceux qui sont considérés comme historiquement fortement masculins.

 

Fort impact dans leur entreprise

Une autre découverte intéressante qu’a faite l’EEB, dans une étude en collaboration avec l’Université Laval, concerne la façon d’apprendre des femmes entrepreneures.

En effet, nous avons pu démontrer que les femmes entrepreneures du Programme Élite, lorsqu’elles sont mises en relation et inspirées par des modèles d’entrepreneurs à succès, autant masculins que féminins, ont une plus forte propension à transférer et à appliquer ce qu’elles apprennent au sein de leur entreprise. Bref, des différentes formules pédagogiques qu’utilise l’EEB (coaching, expert, sport, activités ludiques...) pour permettre à ses entrepreneurs de se réaliser à la hauteur de leurs ambitions, les femmes diffèrent des hommes principalement sur leur forte capacité à appliquer leurs apprentissages à leur entreprise quand ceux-ci proviennent d’entrepreneurs-entraîneurs. 

La diversité des cohortes entraîne des innovations

Mentionnons que nos clientèles, provenant de tous les secteurs d’activité et de toutes les régions du Québec, représentent la réalité de l’entrepreneuriat au Québec. Il est diversifié, masculin et féminin, et les uns et les autres gagnent à apprendre des styles de gestion de chacun. Même chose pour les secteurs d’activité. De bonnes pratiques dans le manufacturier peuvent devenir des innovations, lorsqu’appliquées dans des entreprises de service. Et vice-versa ! L’entrepreneur ne gagne pas à s’isoler, il gagne à s’ouvrir aux autres et aux autres façons de faire. 

 

À propos de l'auteur

École d'Entrepreneurship de Beauce

École d'Entrepreneurship de Beauce

Lancée officiellement en septembre 2010, l’EEB est la seule école qui se consacre à la formation des entrepreneurs. En 5 ans, plus de 100 entrepreneurs de haut niveau ont accepté de venir y transmettre leur expérience de vie. L’EEB peut également compter sur plusieurs partenaires, dont la Banque Nationale, le Mouvement Desjardins et la Caisse de dépôt et placement du Québec, ainsi que sur l’appui de nombreux entrepreneurs de sa région et du Québec inc. L’EEB vise à être un acteur de premier plan pour la prospérité du Québec, un entrepreneur à la fois.

Partenaires Or

banquenationale-2d.png

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

Spektrum média