Blogue

Retour
18 févr. 2013

Portrait d’athlète : Patrick Sirois, entrepreneur-athlète de la Cohorte 3

À tous les mois, nous vous présentons le portrait d’un de nos entrepreneurs-athlètes du programme Élite de l’EEB. Pour cette chronique, M. Patrick Sirois, président chez Triode, a bien voulu répondre à nos questions.

Pourquoi avez-vous décidé de vous inscrire à l’EEB?

Après 3 « start up » – 10 ans avec le dernier, Triode, la firme conseils en innovation et développement de produits dont je suis le président, je stagnais comme entrepreneur. Je voulais être exposé à autre type de formation que la formation théorique. Un 5 à 7 à l’EEB avec Derek Oland, le président du conseil de la Brasserie Moosehead, a été l’élément déclencheur à l’été 2011.

Que vous apporte concrètement votre expérience à l’EEB?

Des trucs, des techniques, des outils, un réseau, des modèles à suivre…
Mais surtout de la confiance en moi!

Votre perception de l’École a-t-elle changée entre votre admission et maintenant?

Oui, au début, je pensais que c’était quasiment un camp de vacances pour entrepreneur. Aujourd’hui, je comprends que c’est une expérience unique qui me permet d’élargir ma zone de confort.

Depuis votre admission, y a-t-il eu des changements concrets dans votre entreprise?

Oui, on a maintenant une stratégie mieux définie, on choisit mieux nos clients et on ne saisit plus « toutes » les opportunités. On se concentre sur notre niche, soit l’innovation et la stratégie de produits dans les produits médicaux et le transport.

Quel argument utiliseriez-vous pour convaincre un ami de s’inscrire à l’École?

Ça va changer ta vie!

L’École a-t-elle eu un impact direct sur vos affaires?

Oui, on a plusieurs nouveaux mandats et surtout des occasions uniques de présenter notre expertise en innovation auprès de grandes entreprises, comme Cascades, par exemple.

De quelle façon comptez-vous concrétiser vos apprentissages à l’EEB une fois revenu dans votre entreprise ?

À mesure que les modules progressent, je compile une liste d’actions, une cartographie qui me permet de résumerles « bonnes pratiques » que je veux mettre en place dans l’organisation. Ce plan d’action, qui s’étire sur quelques années, me permet de « contaminer » le comité de gestion à mon retour dans l’entreprise.

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média