Blogue

Retour
19 juil. 2013

Portrait d’athlète : Nicolas St-Pierre, entrepreneur-athlète de la Cohorte 2

À tous les mois, nous vous présentons le portrait de l’un de nos entrepreneurs-athlètes du Programme Élite de l’EEB. Pour cette chronique, M. Nicolas St-Pierre, directeur général adjoint de la Fondation MIRA, a bien voulu répondre à nos questions.

Racontez-nous votre parcours entrepreneurial…

J’ai commencé à travailler dans l’entreprise familiale à l’âge de 17 ans officiellement, mais, déjà enfant, j’y faisais des menus travaux. J’ai monté les échelons un à un et fait des missions spéciales à l’étranger. Avec le temps, j’ai réussi à me forger une expertise qui m’a permis de gravir les échelons vers la direction générale.

Parlez-nous de votre entreprise…

La Fondation MIRA est un organisme sans but lucratif fondé en 1981. À l’époque, il n’existait aucune école canadienne de chiens-guides pour aveugles. MIRA a donc créé la première école à voir le jour à Ste-Madeleine, au Québec. Pour bénéficier d’un chien-guide avant 1981, il fallait s’adresser à des écoles américaines. Cependant, ces dernières ne dispensaient aucun service dans la langue de Molière. Le 21 octobre 1981, Mira présentait avec fierté les deux premiers chiens-guides dressés au Québec à ses deux premiers utilisateurs.

Depuis, MIRA poursuit l’objectif d’accroître l’autonomie des personnes handicapées et de favoriser leur intégration sociale en leur fournissant des chiens développés et entrainés pour répondre à leurs besoins en adaptation et en réadaptation.

Les services de la Fondation MIRA sont offerts gratuitement à toutes les personnes qui présentent une ou plusieurs déficiences visuelles, motrices et aux enfants atteints de troubles envahissants du développement, dont l’autisme.

Pourquoi avez-vous décidé de vous inscrire à l’EEB?

Compte tenu de la nature de l’organisme dans lequel j’ai grandi et des défis que j’aurai à relever dans le futur, il me semblait inévitable de devoir me perfectionner afin de devenir un gestionnaire chevronné. Je savais que mon coffre à outils n’était pas encore à point, ce qui représentait pour moi une grande motivation à suivre la formation. Étant une relève d’entreprise ayant grandi sur le terrain plus qu’à l’école, il m’était très difficile de savoir si j’avais tout ce qu’il fallait pour gérer l’organisation de la bonne manière. Je me suis donc inscrit à l’EEB pour développer ma confiance, organiser ma pensée et aiguiser mon instinct d’entrepreneur.

Que vous apporte concrètement votre expérience à l’EEB?

Tout d’abord, j’ai développé des amitiés fortes et sincères, j’ai eu un « boost » de confiance, j’ai reçu plein d’outils et j’ai développé un réseau de contacts incroyable qui va continuer de m’aider dans le futur. Étant une relève d’entreprise, j’étais « le fils qui suit son père »; je suis maintenant plus proactif, je me connais mieux et je prends davantage ma place.

Grâce notamment à mon passage à l’EEB, j’ai engagé de nouveaux employés, j’ai réactivé le dossier international que nous avions un peu laissé de côté, je suis davantage engagé en collecte de fonds, mes responsabilités ont quadruplé et je travaille plus efficacement. Le niveau de bonheur de mes employés a certainement augmenté et nous livrons plus de chiens qu’avant.

Quel argument utiliseriez-vous pour convaincre un ami de s’inscrire à l’École?

L’EEB est le meilleur moyen de passer à un autre niveau. Si tu es à la recherche d’une formation pratique, concrète et applicable dès le lendemain, ta place est à l’école. Tu y gagneras aussi du temps et de l’efficacité.

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média