Blogue

Retour
11 déc. 2013

Portrait d’athlète : Jean-François Audet, entrepreneur-athlète de la Cohorte 5

À tous les mois, nous vous présentons le portrait de l’un de nos entrepreneurs-athlètes du Programme Élite de l’EEB. Pour cette chronique, M. Jean-François Audet, président de V.A. Transport, a bien voulu répondre à nos questions.

Présentez-nous votre entreprise

VA Transport offre des solutions pour différents maillons de la chaîne logistique. En fait, nous développons des solutions pour optimiser le flux de marchandises des clients et industries que nous servons. De par le passé, nous avons développé une expertise pointue de l’industrie du meuble, de l’électroménager et de l’électronique.

Dit d’une autre façon, nous offrons des services de transport, d’entreposage, de logistique ou un ensemble de ces services à nos clients afin que les produits qu’ils produisent et vendent se rendent au point d’utilisation de la manière la plus performante possible.

Présentez votre parcours (entrepreneurial et de vie, si désiré)

Après avoir terminé mes études en administration des affaires à l’Université Laval, j’ai joint les rangs de l’entreprise familiale en 1989.J’y ai occupé à peu près tous les postes pour en prendre la direction générale en 2004. Un parcours parsemé de défis, de difficultés et de succès. Ayant l’habitude de naviguer en eau trouble – tout le monde connait le niveau de compétitivité de l’industrie du transport et de la logistique – et après avoir vécu une grève qui a durée 10 longues semaines, nous avons, en septembre 2009, fait l’acquisition de notre compétiteur de toujours, Nesel Fast Freight. Cette acquisition nous a permis de doubler notre entreprise, autant en chiffre d’affaires qu’en effectifs. VA Transport est maintenant une entreprise de 50 millions de chiffres d’affaires comptant 200 camions, plus de 600 remorques et quelque 400 collaborateurs.

Mais sans aucun doute, ma plus grande réalisation est la famille que Mélanie, ma conjointe, et moi avons fondée. De notre union sont nées nos 4 filles de 20, 17, 15 et 7 ans. J’ai toujours pensé qu’il était plus important de réussir sa vie plutôt que dans la vie. Ma famille est ce qui vient concrétiser tout cela. C’est elle qui donne un sens à tout ce que l’on bâtit.

Pourquoi avez-vous décidé de vous inscrire à l’EEB?

Leadership et entrepreneurship sont les principales qualités du chef d’entreprise. Et les endroits où l’on les enseigne de manière pratique ne sont pas légion!

Au niveau du leadership, on n’est jamais rendu au fil d’arrivée, car il n’y en a tout simplement pas. Alors, quand Nathalie Ashby, de la Cohorte 4, m’a parlé de l’EEB et m’a expliqué comment cela fonctionnait, je n’ai pas hésité une minute. Je savais que je voulais faire le Programme Élite.

Que vous apporte concrètement votre expérience à l’EEB?

La volonté et la confiance de passer à l’action. Les idées et le désir, on les a tout le temps. Mais dans mon cas, régulièrement, pour une raison ou une autre, j’hésite à passer à l’action. L’École et les apprentissages qu’on y fait me poussent à passer en mode action.

C’est un peu la même chose pour le désir de se garder en forme. Les défis qui nous sont présentés à l’EEB nous motivent à ne pas lâcher nos exercices et notre entraînement.

Votre perception de l’École a-t-elle changée entre votre admission et maintenant?

Non, parce que je me suis présenté à l’École avec une grande ouverture d’esprit et de grandes attentes. Et je n’ai pas été déçu ! Nous sommes poussés au maximum. Au premier séjour, je croyais arrivé à l’École et avoir un peu de temps pour souffler… Ça n’a pas été le cas. J’ai dû m’adapter à un agenda très rempli où il faut se concentrer sur ce qui nous est demandé. Pour tout ceux et celles qui veulent s’investir et progresser personnellement en tant que chef, le Programme Élite de l’EEB est ce qu’il vous faut.

Depuis votre admission, y a-t-il eu des changements concrets dans votre entreprise?

Les gens avec qui je travaille disent que j’ai changé. Je réalise quel doit être mon rôle et ce qui ne l’est pas. Le fait de mettre cela en place n’est pas facile, mais ça doit progresser, car on me dit que je change. Le travail d’équipe est une préoccupation de tous les instants. Nous avons mis en place des mécanismes et processus qui déterminent et encadrent le travail d’équipe. Sans équipe, il n’y a pas d’entreprise. Notre entreprise est le reflet des gens qui la composent. Nous devons donc travailler en synergie.

Quel argument utiliseriez-vous pour convaincre un ami de s’inscrire à l’École?

À quelqu’un qui hésiterait à s’inscrire, je répondrais : « Es-tu en train de me dire que tu n’as rien à apprendre des plus grands leaders du Québec ? De ceux qui ont bâti de belles et grandes entreprises ? »

À ceux qui me diraient qu’ils n’ont pas le temps : « Alors, c’est vraiment le temps que tu y ailles ! Car je crois sincèrement que chaque minute investie dans le Programme Élite t’en sauvera des milliers. »

L’École a-t-elle eu un impact direct sur vos affaires?

Elle a eu un impact sur mon savoir-être et sur ma prise de conscience de celui-ci. Elle a aussi eu un impact sur ma plus grande facilité à passer en mode action et sur la réalisation de ma vision.

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média