Blogue

Retour
1 févr. 2015

Chronique Corinne veut savoir - 3 témoignages inspirants des finissants Élite

La semaine dernière, un employé de l’un de nos tout premiers finissants Élite a confié à ma collègue Geneviève une histoire à propos de la transformation de son patron depuis son passage à l’EEB. La rencontre était par hasard, le témoignage spontané, et j’ai trouvé cette histoire très touchante. Ça m’a donné l’idée d’une nouvelle chronique! 

Je vous présente donc la chronique « Corinne veut savoir », qui ira à la conquête d’histoires vraies et inspirantes vécues par les entrepreneurs de la communauté EEB. 

Pour ma première chronique, j’avais envie d’en savoir un peu plus sur les entrepreneurs-athlètes du Programme Élite, puisque je suis moins souvent en contact avec eux. J’avais envie de découvrir si nos pionniers Élite vivaient encore des « moments EEB ». S’ils trouvaient que leur parcours EEB avait des impacts à long terme et des changements qu’ils avaient réussi à maintenir, à intégrer pour la vie.

Trois d’entre eux ont répondu à mes questions, parfois bien curieuses. 
Merci beaucoup d’avoir été aussi authentiques avec moi!

Sans plus tarder, voici les histoires de Vincent, Virginie et Stéphane, 3 finissants du Programme Élite EEB. 

Témoignage de Vincent Grondin, entrepreneur-athlète de la C1

Vincent Grondin

Vincent Grondin, propriétaire de Machinerie Lico et finissant de la Cohorte 1 du Programme Élite.

C’est le témoignage d’un employé de Vincent qui m’a donné envie de faire cette chronique. Voici ce qu’il a confié à ma collègue : « Mon boss, ça l’a changé l’EEB. C’est pas facile pour moi à expliquer, mais je te dirais qu’en gros, il est plus humain, je trouve. Je me sens plus à l’aise d’aller lui parler, de lui proposer des idées. Je me sens moins gêné avec lui. » 

Ayant rejoint Vincent pour lui raconter cette rencontre, je peux vous dire qu’il était content. Et fier. Il a voulu à son tour témoigner :

« L’École est arrivée dans une période un peu plus creuse de ma vie. Je suis un ingénieur jusqu’au bout des doigts. Pour moi les calculs, c’est facile. Mais les rapports humains. Ouf... Un peu moins évident... Avant, c’était j’aime ou j’aime pas. Noir ou blanc. Je voyais la vie comme la Matrice, en 0 et en 1. Maintenant, je vois plus la vie en tons de gris. Je comprends que la perception de la réalité est différente d’une personne à l’autre. Je comprends que toutes les sortes de gens sont importants et apportent quelque chose à une organisation.

Avant, parler devant un groupe de gens, je détestais ça. Je ne me sentais pas à l’aise. Grâce à l’EEB, j’ai compris comment c’était important quand on a ma job. J’ai développé des trucs et des façons de faire. Je suis plus à l’aise pour parler avec et devant les gens, je communique mieux avec eux. Et j’ai même ENVIE de le faire!!!

Je suis également plus “présent” au niveau humain dans mon entreprise. Je m’implique plus dans l’organisation des événements d’équipe comme le party de Noël. Je tiens à y apporter ma touche.

L’an passé, j’ai profité du party de Noël pour faire une petite présentation des équipements qu’on avait installés chez nos clients en cours d’année. J’ai félicité tout le monde. Je les ai remerciés pour nos réalisations, nos succès, nos bons coups de l’année.

Cette année, j’ai organisé un jeu de construction de grues, que j’ai fait pour la première fois à l’université et que nous avons refait à l’EEB. Je voulais que les gens de Lico et leur conjoint apprennent à se connaître et que tous les départements aient la chance de travailler ensemble pour créer une cohésion d’équipe.

C’était un beau défi et ça donnait la chance à tout le monde de participer. J’ai été surpris de voir un soudeur de l’usine prendre le lead autour d’une table: il était très cohérent, très structuré, tout était bien pensé. J’ai vu son potentiel, que je n’avais pas autant pu observer avant. Je me suis rendu compte à quel point j’avais une équipe de haut niveau. Ils prenaient ça à cœur, même si c’était juste un jeu qui n’était pas censé être sérieux, et ça m’a beaucoup touché.

Oui, c’est vraiment ça qui a été le plus marquant et le profitable pour moi comme changement durable. 
Et tout mon entourage en bénéficie. Moi inclus. »

 

Témoignage de Virginie Côté, entrepreneure-athlète de la C2

Virginie Cote

Virginie Côté, vice-présidente des Maisons Usinées Côté et finissante de la Cohorte 2 du Programme Élite.

Lors de la graduation de la Cohorte 2, en août 2013, nous avons demandé aux enfants de Virignie de nous dire ce qu’il pensait de leur maman et de son passage à l’École. Ce qu’ils nous ont partagé m’a beaucoup touchée.

« Ma mère est maintenant prête à relever des défis qu’elle n’aurait jamais pensé pouvoir accomplir. J’aime beaucoup son ouverture d’esprit et, surtout, à quel point elle est souriante. Je la trouve impressionnante. Ma mère, elle est heureuse. »

Virginie a accepté de discuter avec moi des changements qu’elle a observés chez elle depuis son Programme Élite:

« Depuis l’EEB, je suis moins stressée, plus en contrôle. Je crois que c’est dû au fait que je suis plus organisée. Je me suis rendu compte que ça ne me donne rien d’être trop occupée, trop débordée. J’utilisais ces mots avant, mais, maintenant, j’essaie de les contenir. Je choisis mon horaire, je prends du temps pour moi. 

Grâce à tous les entrepreneurs-entraîneurs que nous avons rencontrés, j’ai été capable de mieux comprendre mon rôle en tant que mère et femme d’affaires, autant dans ma famille et mon entreprise que dans ma communauté. Je m’impliquais avant de venir à l’EEB, mais je ne voyais pas l’impact que j’avais, je ne m’étais pas aperçu que mon implication avait de si grandes répercussions sur les gens. Maintenant que je suis consciente de l’importance que ça porte, je le fais plus souvent et je l’utilise pour améliorer les choses.

C’est pourquoi j’ai voulu m’investir dans le party de Noël cette année. Pour la première fois, je me suis préparée (à la Marc Dutil) avant de parler à mon équipe. Je me suis dit: "Regarde, Virginie, c’est un début, mais ça vaut la peine. J’ai préparé un texte pour leur dire merci. J’ai également écrit un texte pour une de nos employés, Carole, qui est avec nous depuis 25 ans. Elle était tellement contente… Et ça a eu un impact sur l’équipe de voir que j’avais pris le temps de faire ça. Ne pas avoir été à l’EEB, je ne l’aurais jamais fait, je n’aurais pas eu le courage.

À mon arrivée à l’EEB, quand on avait à parler de nous devant les autres, quand on avait à s’exprimer, à dire comment on se sentait, je me sentais moins à l’aise. Je me comparais aux autres entrepreneurs-athlètes qui étaient avec moi. J’avais de la misère à être moi-même. Mais j’ai persévéré et j’ai beaucoup évolué. Je sais maintenant que je n’ai pas à être quelqu’un d’autre. C’est en étant authentique que je serai plus forte.

J’utilise ça au travail et j’ai commencé à diriger à ma manière. J’ai pris confiance en mes compétences et j’ai maintenant moins peur d’aller de l’avant. Le module “Saisir les opportunités”, que nous avons eu avec Charles Sirois, m’a beaucoup marquée. J’avais, dans ce temps-là, une décision à prendre vis-à-vis l’ouverture d’un bureau à Gatineau et j’hésitais. C’est grâce à ce module que j’ai compris ce qui me bloquait, ce qui me retenait face à cette décision. C’était la peur. La prochaine fois, je saurai comment m’y prendre. (Eh oui, j’ai fait face à mes peurs. Le bureau est maintenant ouvert!)

Pour terminer, je suis aussi plus à l’écoute de mes enfants, plus présente à la maison. Je prends plus de temps pour moi. J’ai intégré le sport dans ma vie, ce que je ne faisais pas du tout avant l’École. J’ai perdu du poids et je ne l’ai pas repris.

J’ai beaucoup évolué et je suis fière de la personne que je suis aujourd’hui. »

 

Témoignage de Stéphane Savard, Entrepreneur-athlète de la C4

Stephane Savard

Stéphane Savard, finissant de la Cohorte 4 du Programme Élite.

J’ai demandé à l’Équipe de l’EEB de me dire qui, selon eux, avait vécu la plus grande transformation lors de son passage à l’École et le nom de Stéphane est revenu plusieurs fois. Mes collègues n’avaient pas tort!

« La première chose qui me vient à l’esprit, quand je me compare avant l’EEB et après l’EEB, c’est ma confiance. J’ai développé une confiance en moi que je n’avais pas auparavant. L’École est un endroit où l'on a plusieurs chances d’affirmer notre leadership, de se comparer avec d’autres entrepreneurs. On se sent seul des fois dans nos entreprises. En tant que chef, on se dit qu’on n’est pas bon. Du moins, c’est ce que je me disais.

L’EEB nous donne de multiples occasions de nous exprimer en tant que leaders et j’ai saisi cette occasion à plusieurs reprises... Et c’est ça qui m’a donné confiance en moi.

Quand j’ai commencé le Programme Élite, j’avais ma compagnie Ortho Savard. Par contre, en cours de chemin,je me suis aperçu que je n’aimais plus ce que je faisais dans le domaine médical. Mais une chose était sure: j’aime faire des affaires, c’est ça qui me passionne. J’ai donc vendu mon entreprise et, depuis, je plus occupé et plus heureux!

Aujourd’hui, j'ai deux compagnies en immobilier, une compagnie de placements, j’ai inventé un produit pour le domaine médical pour lequel je suis en négociation pour la distribution et je suis impliqué dans deux fondations (cité joie et la fondation du CHUL en santé mentale).

Je ne m'étais pas investi dans ma communauté avant l’EEB… Maintenant, j’ai appris l’importance de donner, temps et argent. Marc Dutil nous a fait prendre conscience de ça. J’ai commencé une tradition dans ma famille. Chaque Noël, je donne un montant d’argent à mes filles et elles doivent choisir à quelle charité elles veulent donner. C’est important de sensibiliser ses enfants à redonner, de leur donner le sens de la valeur de l’argent.

Je passe également plus de temps avec ma famille. Je réserve des journées et, peu importe ce qui se passe, cette journée-là est dédiée à l’une de mes filles. L’autre jour, nous sommes allés à Valcartier! Nous faisons également plus de sport. J’avais arrêté l’entraînement à 23 ans. J’ai recommencé pendant mes deux ans à l’École et l’activité physique est maintenant une partie de ma vie. C’est bien pour la famille, car ma femme et mes filles ont suivi.

Grâce à ma plus grande confiance en moi, je suis plus relax, plus réfléchi, plus calme… Je suis allé chercher des outils à l’EEB, des outils qui ont changé ma manière de faire des affaires et qui ont changé ma vie.

C’est un cadeau. Je me suis fait un cadeau en m’inscrivant au Programme Élite. Et je vous conseille de faire la même chose. »

...

Nous avons tous des moments dans notre vie où nous désirons devenir une meilleure personne.

Être en meilleure santé.

Être un meilleur père, une meilleure mère, un meilleur enfant.

Être un meilleur patron, un meilleur collègue, un meilleur employé.

Être plus fort, plus courageux, plus brave, plus honnête, plus ambitieux.

L’être humain est constamment en quête d’amélioration. Surtout l’entrepreneur. L’entrepreneur veut briser les chaînes de l’inertie et devenir la meilleure version de lui-même. Pour sa famille, son entreprise et sa communauté.

Et c’est ici, à l’École d’Entrepreneurship de Beauce, que j’observe depuis 8 mois des entrepreneurs qui font exactement cela. Qui deviennent les meilleures versions d’eux-mêmes tout en faisant croître leur entreprise et en redonnant à leur communauté.

Vous avez des témoignages à me partager par rapport aux impacts que l’EEB a apportés dans votre vie? J’adorerais les entendre! Merci!

 

 

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média