Blogue

Retour
23 mars 2016

Grâce à elles

EEB

La solitude du chef. Tous les entrepreneurs la ressentent lourdement à certains moments de leur parcours. Mais il existe une autre solitude dont on parle moins : celle de leur conjointe (ou conjoint, c’est selon). 

Vivre en entrepreneur, c’est parfois difficile. Vivre avec l’entrepreneur, disons-le, c’est un abonnement aux grands défis. Nous l’avons bien constaté à l’occasion du premier Boot Camp des conjointes EEB, qui s'est déroulé du 13 au 15 mars dernier. Le sentiment d’être délaissées et peu écoutées, nos deux entrepreneures-entraîneures, Catherine Larochelle et Noëlline Pelletier, l’ont vécu souvent; les heures en couple ou en famille passant en deuxième ou même en troisième position après le travail et les passions dévorantes de leurs ambitieux maris, Marc Dutil (président de Canam et fondateur de l’EEB) et Daniel Pelletier (président d’Artopex).

Il faut une grande générosité et une bonne dose d’oubli de soi pour soutenir un entrepreneur et lui permettre de réaliser ses nobles ambitions, qui apparemment ne viennent jamais seules! Catherine et Noëlline sont bien capables d’en rire avec le temps, mais il y a eu de la souffrance dans le parcours. Dans le leur et dans celui de plusieurs des participantes au Boot Camp. Le bébé à peine venu au monde, le mari parti en voyage d’affaires et la mère encore à l’hôpital. La maladie qui se vit aux côtés du père plutôt que du mari. Les soupers déshydratés par les longues heures d’attente. Les vacances reportées ou écourtées. Le cellulaire omniprésent et la difficulté de trouver quinze minutes pour souper en famille, sans interférence… Et ainsi de suite! Le partage de leurs histoires aura au moins permis aux conjointes de réaliser qu’elles ne sont pas seules dans leur solitude et ainsi de relativiser leur situation.

Souvent, elles se sentent jugées par les autres quand elles évoquent leurs peines. «De quoi tu te plains? Vous avez la belle maison, l’argent, les voyages!» ou bien «Comment peux-tu endurer toutes ces absences? Mets tes culottes!»  Si bien qu’elles finissent par douter d’elles-mêmes en silence. Le soutien qu’elles offrent à leur entrepreneur et, au bout du compte à l’économie du Québec, n’obtient pas de reconnaissance sociale.

Même dans le couple, cette reconnaissance ne vient pas d’emblée. Pris dans leur vie trépidante, les entrepreneurs ont beau aimer leur conjointe et leurs enfants de tout leur cœur, ils ne songent pas toujours à exprimer leur appréciation face au rôle de leur douce moitié, qui prend souvent double charge côté maison, même quand elle occupe un emploi dans l’entreprise ou ailleurs. 

Parfois, la conjointe au boulot est le soutien financier de l’entrepreneur en démarrage. Parfois, elle vit l’insécurité financière dans les moments de crise.  Parfois, elle devient le réceptacle des soucis et du stress accumulés. Alors, elle fait face au danger de s’oublier elle-même.

Rassurez-vous, entrepreneurs, il y a des compensations dans la vie à vos côtés! Les passionnés sont passionnants et stimulants. La routine ne guette pas trop vos familles. Et si vous acceptez de partager vos rêves et vos passions avec elles, il y a de fort belles aventures le long de la route.

Le dicton veut que, derrière chaque grand homme, il y ait une grande femme. Grâce à elles, vos conjointes, vous vous accomplissez chaque jour. Elles vous offrent leur soutien. Et vous, comment pourriez-vous mieux les soutenir?

 

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média