Blogue

Retour
14 févr. 2017

Mon chum a décidé de faire le Programme Élite - Blogue à Corinne

Pour la Saint-Valentin, je voulais vous partager l’histoire de Caroline Bandulet.

Caroline a fondé la Microbrasserie Charlevoix avec son conjoint, Frédérick Tremblay, en 1998. 18 ans plus tard, leur entreprise a le vent dans les voiles et leur couple aussi. Ils sont rayonnants et ils respirent l’amour!

En 2014, Frederick a décidé qu’il voulait s’inscrire au Programme Élite de l'École d'Entrepreneurship de Beauce (EEB). Caroline a trouvé cela assez dur au début. Je voulais explorer avec elle ses réactions avant l’EEB, comment elle se sentait et comment elle se sent maintenant.

Le Programme Élite, c’est intense, c’est beaucoup de travail et, parfois, ça peut être difficile pour le conjoint ou la conjointe qui reste à la maison. Ça peut être stressant.

Alors voici donc une entrevue avec Caroline Bandulet, qui nous explique le cheminement de son couple à travers le parcours Élite de son conjoint. C’est une belle histoire d’amour, de confiance en soi et en l’autre, de respect et de croissance personnelle pour les deux. 

Merci à Caroline, qui nous a permis de découvrir cette facette plus vulnérable de son histoire.

À tous les conjoints/conjointes d’entrepreneurs-athlètes (étudiants) EEB, n’oubliez pas que vous faites aussi partie de la Communauté EEB, même si vous n’êtes pas là à chaque séjour. L’EEB, c’est chez vous aussi!

 

Entrevue avec Caroline Bandulet 

Comment as-tu réagi la première fois que ton conjoint t’a dit qu’il voulait participer au Programme Élite?

Sur le coup, j’ai mal réagi. Je me suis dit: «Pas encore une autre activité qui va prendre de son temps et qui va nous enlever encore du temps pour nous!». Je sais que ça fait égoïste de penser comme ça, mais j’ai pensé à moi, à nous et à nos projets.

Nous avons fait beaucoup de sacrifices depuis le début de notre entreprise et je sentais qu’enfin nous allions avoir plus de temps pour nous, pour notre couple, pour des voyages… J'ai pensé que nos projets et nos rêves allaient devoir être mis de côté pour le Programme Élite. À la place de partir en voyage, il voulait s’en aller en Beauce…

Frédérick est une personne qui se donne à 100%. Il est déjà impliqué dans des dizaines d’affaires et je ne comprenais pas pourquoi il voulait en faire une autre.  

Avais-tu des appréhensions ou des peurs? Quelles étaient-elles? 

J’avais peur qu’il prenne une direction différente de la mienne et qu’on se perde. Pour vous partager une anecdote, nous étions sur la route pour aller à la Soirée Portes Ouvertes de l’École et j’étais complètement démolie. Je pensais que c’était la fin de mon couple!

Pour en ajouter par-dessus tout ça, j’ai rencontré une personne qui m’a dit « Si ton couple est vraiment fait fort, tu vas voir, ça va passer.» Moi qui voyais déjà en noir, cette phrase était la cerise sur le sundae! Je ne pouvais pas concevoir que Fred aille à l’EEB. Je ne comprenais pas.

Après un peu de réseautage et de belles rencontres, j’ai décidé de rester pour la soirée et ne pas m’enfuir. Je me suis calmée et me suis mise en mode écoute. Je vous avoue que les témoignages ont été pour moi d'un grand réconfort et ont su me redonner confiance.

Bizarre comme sentiment, mais ce que j’entendais et ce qui ressortait de ces témoignages a réussi à changer la moitié de mes perceptions... Mais il restait du travail à faire! L’autre 50%, il fallait qu’il vienne de moi, de la confiance que j’ai envers notre couple et envers Frédérick. 

De toute façon, je savais très bien que je ne pouvais pas l'empêcher de se réaliser et de faire son propre cheminement. Il a droit à son épanouissement! Il a droit de réaliser ses rêves! Et l'un de ses rêves, c’était de faire le Programme Élite. 

Je voyais bien les étincelles dans ses yeux à la Soirée Portes Ouvertes. Je sentais la vibration dans son cœur pour cette École. Alors, nous avons plongé. Ensemble!

Comment s’est déroulé le premier séjour et le retour de Frédérick à la maison?

Une chance que nous ne sommes pas du genre à nous parler tous les jours au téléphone lorsque nous sommes séparés pendant une semaine, car je n’ai pas eu beaucoup de nouvelles durant son séjour.

Il était très occupé. Par contre, nous avons développé une nouvelle manière de communiquer. Beaucoup de textos remplis d’amour et de beaux courriels. J’avoue que c’était réconfortant. Et moi, pendant son premier séjour, j’en ai profité pour passer du temps avec moi-même, mes amis, me reconnecter avec Caroline Bandulet. Je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup cela!

Lors de son retour à la maison, le seul mot que je peux dire, c’est WOW! Des vraies retrouvailles comme si ça faisait un mois qu’il était parti. Frédérick m’a partagé toute son expérience, tout son premier séjour. Nous avons parlé pendant des heures! Ce que j’ai réalisé, c’est qu’il avait hâte de tout me raconter. J’étais vraiment à l’écoute et je me suis transformée en éponge. Il me transmettait déjà les valeurs de l’EEB et toute la générosité des personnes qu’il avait rencontrées lors de son premier séjour.

C’est là que j'ai vraiment mis mes appréhensions de côté.

Comment faites-vous en tant que couple pour que l’EEB vous bénéficie à vous deux?

Frédérick me partage tout. Tout son séjour, tous ses apprentissages, toutes ses rencontres. J’adore cela, car je peux comprendre et grandir en même temps que lui. Je suis consciente que c’est très intense et que ça va plus en profondeur pour lui, mais au moins j’ai une idée de certaines de ses étapes.

J’ai grandi moi aussi depuis son début à l’EEB. Nous avons grandi ensemble. En tant que personnes et en tant que couple. Nous nous sommes même rapprochés. 

L’EEB, c’est comme une école de la vie et Frédérick prend maintenant plus de temps pour lui et pour notre couple. Il a un meilleur équilibre de vie. Alors, au bout du compte, nous passons plus de temps ensemble qu’avant!

Maintenant que Frédérick est arrivé à la mi-parcours de son Programme Élite, est-ce que tes perceptions de l’EEB ont changé? 

Absolument. Je n’ai plus les mêmes peurs que j’avais au tout début. J’avais une perception erronée de l’EEB. Je connais maintenant les valeurs de l'École et j’ai vu en première loge comment ça peut transformer quelqu’un pour le mieux. Je suis même devenue une bonne ambassadrice! J’ai l’impression que moi aussi je fais partie de l’EEB. Je ne suis pas une spectatrice. J’ai mon rôle à moi et je fais partie de la Communauté.

Photo 1 Bootcamp Mexique 2016 (3)

Quels conseils aurais-tu pour les conjoints/conjointes qui ont des appréhensions? 

Voici mes trois conseils :

  • Pour l'entrepreneur-athlète: Il est primordial de partager ce que vous vivez lors d’un séjour avec votre conjoint(e). Prenez le temps le dimanche d’expliquer, de partager, de permettre à votre conjoint(e) de comprendre ce que vous avez vécu.
  • Pour le ou la conjointe: Soyez curieux des apprentissages que votre conjoint(e) fait et profitez-en pour grandir à votre manière en même temps.
  • Si possible, lorsqu’on sent que notre conjoint(e) a besoin d’espace, le laisser dans sa bulle afin qu’il atterrisse sur Terre. Ils reçoivent beaucoup d’informations en peu de temps et, même si c’est très enrichissant, ça peut être étourdissant.

Merci, Caroline, pour ce beau partage! 

Et oui, je sais que la Saint-Valentin, c’est juste un beau prétexte pour célébrer l’amour, mais je vous souhaite une journée remplie d’amour, et de bonheur, et de chocolat, et cetera :)

Corinne

 

 

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média