Blogue

Retour
18 oct. 2017

Les entrepreneurs de la G8

Quel est votre plus grand rêve? Votre plus grand regret? Votre plus grand défi?
Ces questions, nous les posons aux entrepreneurs-athlètes qui sont de passage à l’EEB. 
Voici quelques réflexions des entrepreneurs de la G8 du Programme Émergence qui ont accepté de nous partager leurs réponses à ces questions.


 

Alexandra Renaud, copropriétaire chez JF Fortier Construction

« Lorsqu'on travaille avec son conjoint, un des plus gros défis se situe au niveau de la communication. En effet, on tient souvent pour acquis qu’étant donné que l’autre est notre conjoint, il fera les choses à notre manière et on prend moins le temps de communiquer nos attentes. On prend moins le temps aussi de se faire des réunions stratégiques formelles puisqu’on prend en considération qu’on sera avec l’autre les soirs, fin de semaine, qu’on aura le temps de régler certains enjeux, mais souvent ce n’est que partie remise. Et on est comme dans une grosse montagne russe à deux — on partage nos grandes joies, nos bons coups, mais aussi nos échecs et nos stress, ce qui peut être par moment très intense pour toute la famille!

Mais la plus belle partie de travailler avec son conjoint c’est le fait de carburer à la même intensité pour les mêmes projets! C’est hyper stimulant quand on se met à rêver et imaginer toutes les possibilités pour notre business — on n’a pas à convaincre l’autre d’embarquer dans le train, car l’autre fait partie intégrale du projet! Étant donné que nous sommes amoureux, parents et partenaires d’affaires en même temps, c’est plus facile de faire des concessions, de supporter l’autre dans n’importe quelle situation, car au final tout ce qu’on fait c’est pour le même but commun. Ce que j’aime aussi d’être en affaires avec mon conjoint c’est toute la compréhension et l’empathie qu’on peut avoir envers l’autre du fait que je comprends exactement ses joies, ses peines, ses frustrations, etc. C’est beaucoup plus facile de se mettre à la place de l’autre dans le quotidien et par le fait même, l’aider à passer au travers! »

 

Philippe Lefrançois, Directeur de l'usine chez Epsylon

« Les premières semaines suivant mon entrée à mon poste de direction ont été une période où j’ai eu bien des doutes quant à mes qualités entrepreneuriales. Étant la relève identifiée dans une entreprise familiale, c.-à-d. le “fils du boss”, je souffrais du syndrome de l’imposteur et je niais tout le mérite de l’accès à ce poste. D’autant plus qu’avec ma nature calme et analytique, je me retrouvais mal dans l’image “classique” du chef d’entreprise, soit celle d’une personne téméraire, autoritaire et qui prend toutes ses décisions rapidement. 

Mon premier séjour à l’EEB m’a permis de réaliser qu’il ne s’agit que d’un stéréotype. En effet, j’ai rencontré des entrepreneurs ayant des profils similaires au mien ou à l’inverse complètement différents, et tous obtiennent du succès à leur propre façon.

Être un bon entrepreneur, c’est d’abord être authentique envers soi-même et envers les autres. Seules nos actions qui sont en alignement avec nos valeurs et notre vision peuvent mener à de bons résultats. Ce serait mentir si je disais que je ne vis plus de situations où certains doutes ressortent, mais ce sont des défis qui me permettent de grandir. Il s’agit d’un apprentissage continuel et je suis très optimiste pour l’avenir.»

 

Myriam Elie, fondatrice de MYEL Design

« Je crois que c’est mon côté artistique qui m’a poussée à devenir entrepreneure. Avec les bijoux, j’ai réussi à marier mes deux passions; l’art et l’entrepreneuriat. Je dirais que les activités artistiques ne correspondent qu’à environ 5-10 % de mon travail. Par contre, mon côté créatif est très utile dans mon métier d’entrepreneur. Nous sommes constamment en train de chercher de nouvelles idées, solutions et créer de nouveaux projets ou de nouvelles collections. Ma créativité est ce qui me garde ouverte sur le monde et ce qui me donne envie d’expérimenter en sortant de ma zone de confort. »

Andrée-Anne Thuot, Directrice Administrative & finances chez Techno Diesel

« D’aussi loin que je me souvienne, il n’y a rien de plus important dans ma vie que LA FAMILLE.

Cette famille qui me remplit de fierté, me pousse à me dépasser, m’aime sans condition, me voit toujours meilleure que ce que je me vois moi-même. Ce ne fut donc pas une très grande surprise lorsque j’ai entamé mes études afin d’intégrer l’entreprise familiale, car là où va MA famille, j’y suis toujours. 

Mes parents ont eu 4 “fabuleuses” filles, qui aujourd’hui travaillent toutes dans l’entreprise, harmonieusement. Moi et mes sœurs percevons Techno Diesel comme notre Grand frère, car c’est lui le premier qui a vu le jour, et il a toujours fait partie de notre famille, lui aussi nous remplit de fierté, nous pousse à nous dépasser et nous a toujours ouvert grand les bras. Mais comment mes parents ont-ils fait pour créer une aussi belle dynamique et complicité au sein de leur petite famille, mais aussi au sein de la Grande famille Techno Diesel?

À mon tour, j’ai fondé MA petite famille à moi, avec un homme… exceptionnel! Nous avons eu 4 enfants débordants de vie et de singularités. Et mon PLUS GRAND RÊVE c’est eux! Tout comme mes parents l’ont été, je suis désormais l’artisan d’un avenir rempli d’amour, d’ouverture et de développement. Mon plus grand rêve est d’accompagner chacun de mes enfants dans la découverte de leurs passions, talents et rêves, en toute liberté. Peut-être aurais-je la chance de travailler au côté de l’un d’eux…

À leur tour, ils auront à faire leur propre choix, mais peu importe lequel se sera, la FAMILLE sera toujours là pour eux. »

 


 

 

 

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média