Blogue

Retour
22 janv. 2018

Devenir qui je peux être · Journal de bord #2 de Vicky Poirier

Ce qui se passe à l'EEB reste à l'EEB, mais... Nous avons eu la permission spéciale de vous révéler quelques secrets!  
5 entrepreneurs-athlètes de la Cohorte 15 du Programme Élite ont accepté de rédiger ​(ou d'enregistrer) un journal de bord après chaque séjour de leur Programme Élite.

Voici le journal de bord de Vicky Poirier, présidente de Quantum Juricomptable.
Vous trouverez ici ses témoignages pour chaque séjour! 

Séjour 2 : Se connaître et s'entourer

Date : 18 janvier 2018

Le module 2 de l’EEB « Se connaître et s’entourer » est littéralement provoquant. Ayant une personnalité très cartésienne, je me suis surprise à philosopher… Je m’en excuse déjà pour les « terre à terre » qui me liront…

Une des beautés de l’aventure EEB est que les apprentissages d’un seul module y sont tellement riches, diversifiés et intenses, que ce qui aura marqué mes collègues pendant ce séjour diffère certainement de ce que j’ai moi-même vécu… Il y en a pour tous les goûts et ce que chacun retient dépend de son attitude et de l’endroit où il se situe dans son parcours entrepreneurial… Je vous livre donc mes coups de cœur personnels!

Au terme de six jours d’apprentissages intensifs et émouvants, j’ai définitivement franchi la porte de sortie de l’école, avec une envie folle de réfléchir... en silence

Garder le silence en 2018, alors que je suis entourée de gens intelligents et stimulants et que 1 000 opportunités et distractions surviennent, représente un défi de taille. Et le défi augmente lorsqu’il faut le faire sans stimuli externe que cela soit un téléphone intelligent ou de la musique. Pourtant, le silence offre d’innombrables possibilités qui gagnent à être connues et exploitées. Je sais par expérience que le silence peut être embarrassant. Lorsque j’interroge un présumé fraudeur, rien de mieux que de laisser place au silence après une « question piège » pour l’inciter à parler. À ce moment, ses pensées roulent à toute vitesse dans sa tête pour tenter de trouver la « bonne » réponse à ma question et souvent, l’amènent à faire des erreurs dans son parcours. Dans le cadre de ma 2e visite à l’EEB, nous avons plutôt expérimenté les facultés que le silence a d’activer la mémoire et la création, de favoriser l’organisation et le tri. Nous avons besoin du silence pour bien réfléchir.

Dans l’effervescence de ma vie entrepreneuriale, au fil du temps qui s’enfuit, j’ai oublié que la réflexion c’est le « nerf de la guerre ». L’EEB m’a forcé à y revenir. Vous pouvez vous douter qu’à l’EEB, nous sommes constamment poussés à faire des choses qui sortent de notre zone de confort … Prendre le temps de réfléchir revêt plusieurs dimensions pour moi. Il faut réfléchir au passé, au présent et surtout, au futur. Pour prendre conscience, comprendre, voir clair et innover. Pour garder le focus, pour aller plus haut et plus loin. Voilà un petit côté « spirituel » que je négligeais et que je m’impose dorénavant.

Maintenant, je vous partage un autre cadeau que j’ai reçu des entrepreneurs-entraîneurs et coachs qui étaient « en vedette » à l’EEB lors de ce module 2. Ils m’ont rappelé et surtout, m’ont démontré à quel point il était crucial de « lâcher prise de l’image de qui je suis pour devenir qui je peux être » (proverbe chinois).

Nous sommes des êtres intelligents, compétents, expérimentés. Soyons conscients que nous avons tous un vécu qui peut parfois nous ralentir, nous faire peur, nous limiter. Si nous souhaitons « devenir qui je peux être », il faut avoir une vision et y enligner toutes nos énergies. Il faut créer notre réalité souhaitée en oubliant le « qui je suis » pour réaliser le « qui je peux être ».

En résumé, VISION + ÉNERGIE FOCUSÉE = ACCOMPLISSEMENT.

Et ça, ça m’a touché au cœur. Le véritable entrepreneur « éthique et durable » se connaît bien et s’entoure des bonnes personnes. Mais surtout, il agit comme un chef d’orchestre. Pour que la musique soit douce à l’oreille, pour réaliser sa mission, il doit être visionnaire et croire fermement en ses rêves. Il doit nécessairement agir selon ses valeurs fondamentales. Ainsi, il saura guider, inspirer et surtout, rester « connecté » à sa vision. Il deviendra la meilleure version de lui-même. À ce moment, le succès devient accessoire, cela n'est pas un but, c'est une conséquence.

Voilà! Permettez-moi, en bouclant mon journal de bord du module 2, de vous faire une invitation… Celle de réfléchir en silence à cette phrase d’Albert Einstein :

« N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. »

Merci Robert Dutton, Yves Plourde, Stéphane Drouin, Richard Guimont et la C-15, vous êtes inspirants!


  

 

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média