Blogue

Retour
20 févr. 2019

Coactionnaires : 5 essentiels sur papier

Le mois qui se termine cette semaine était celui de la Saint-Valentin ! Nombreuses étaient les files chez le fleuriste et les réservations dans tous les restaurants du coin il y a une dizaine de jours. Une petite attention qui s’imposait sans trop de réflexion afin de souligner l’amour que l’on porte à quelqu’un ou encore un témoignage d'amitié.

Et si nous prenons maintenant un recul pour faire un bilan sur nos relations entre collègues. Après tout, ce sont ces gens qui constituent notre entourage au quotidien, donc sans l’ombre d’un doute, bien plus de 40 heures de la semaine chez les entrepreneurs.

Sans parler d’âme sœur professionnelle, quels principes essentiels devriez-vous avoir abordés avec votre partenaire ?  

 

Une convention écrite

D’abord, il faut avoir le document en soi avant toutes clauses ou nuances. En affaires comme à l’autel, un contrat clair rédigé dans un climat propice permet un bon départ afin de mieux se projeter dans tous les scénarios possibles. On y prépare le futur et surtout d’anticiper les problèmes avant leurs apparitions. Il n’y a ici rien de cynique, seulement une démarche préventive. Par ailleurs, le temps pris à écrire cette entente va nécessairement poser une réflexion sur des sujets auxquels vous n’auriez pas pensé dans le cours des opérations. La charte émise servira également de base pour une éventuelle relève.

 

Le « Shotgun »

Un mot qui peut faire peur, mais qui ne devrait tout de même être considéré. Le Shotgun concrétise le plan d’action dans le cas d’un retrait du coactionnaire. Au-delà de la protection face à un litige, la clause permet une exécution bien plus simple lorsqu’un départ est volontaire. L’absence du Shotgun peut ainsi s’avérer un obstacle lourd à un mouvement aucunement péjoratif. Il suffit d’y inclure des conditions convenant aux parts des deux partis. C’est un changement subit pouvant entraîner des transactions rapides en faveur ou défaveur de l’actionnaire restant. Néanmoins, l’application du Shotgun demeurera beaucoup moins coûteuse qu’une dispute légale aux recours multiples, une démarche interminable.

 

Personnalisation de la convention  

Nombreuses sont les conventions pour coactionnaires basiques prêtes à utiliser sur web. Par
contre, les chances que les aspects d’une charte aussi sommaire correspondent aux réalités de votre entreprise sont quasiment nulles. Malgré le temps que cette rédaction en détail peut prendre, il faut savoir qu’en minimisant les zones grises, on réduit également l’ouverture aux divergences d’opinions et par conséquent, la discorde. Il ne s’agit pas de prévoir les problématiques usuelles d’une compagnie X, c’est de trouver des solutions qui touchent directement votre domaine ou le type de partenariat que vous avez. Entre une relation créateur-investisseur ou entreprise familiale les différences sont majeures.

Mise à jour des arrangements

Inutile d’expliquer que la seule chose constante dans l’Entrepreneuriat est ironiquement le changement. Or, de continuer avec une convention de départ sans aucune retouche est tout aussi inadapté que la charte sommaire que vous auriez trouvée sur Google. C’est pourquoi il faut rester alerte aux tendances de son industrie et davantage aux réactions de nos partenaires face à celles-ci. Si le monde numérique effraie votre complice dans un domaine où ne pouvez pas vous en passer... Sans pour autant contester sa présence, il serait crucial de revoir vos arrangements afin d’éviter un angle mort. Les entreprises seront toutes appelées à changer et les individus y étant impliqués aussi. Il faut juste s’assurer que le tout puisse prendre la même direction sans trop brusquer le rythme de chacun.       

 

Le choix du coactionnaire

Pour conclure, nous reviendrons donc au fondamental, soit le choix de votre coactionnaire. Aucune des prédispositions précédentes ne s’effectuera dans l’ordre naturel des choses si la relation humaine au sein du partenariat n’est pas honnête. Il s’agit encore de travailler dans ses forces, connaître ses faiblesses et inévitablement combler avec le bon entourage. Est-ce que cette personne a la même vision, est-elle complémentaire à mes compétences, entrevoit-elle ce que je n’ai pas considéré ? Voilà les questions qu’il faut se poser lorsqu’on s’embarque dans une telle aventure. Une relève ou d’autres situations complexes peuvent occasionner des zones grises envers ce dit « choix »... Il n’en demeure pas moins qu’être conscient de ce qui compose votre relation est déjà un bon pas en avant.

 

Bref, sans vous payer le grand souper au champagne, prenez la fin de février pour discuter des liens humains et professionnels qui vous unissent.

Prenez ce temps pour travailler sur « l’autre couple » !

Si vous atteignez cette communication claire ensemble, des objectifs aussi définis… Qui sait ce que vous pourrez ensuite accomplir avec le reste de l’équipe et tout votre réseau !

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média