Blogue

Retour
16 mai 2019

De l'automatisation au 4.0

En cette pénurie de main-d’œuvre, le passage à l’automatisation que l’on craignait il y a à peine dix ans est devenu une solution. Mais si nous débutons cette révolution en retard, comment appréhender l’ère 4.0?  

Avant toute chose, il faut se rendre à l’évidence que l’automatisation ne « vole » plus d’emplois sur le marché du travail. L’économie va relativement trop bien et nous n’arrivons pas à pourvoir certains postes essentiels aux entreprises. Après ce premier constat, malgré les coûts qu’une telle transformation peut engendrer, il vous faut réfléchir à quel type de système vous allez implanter pour viser un investissement à long terme. 

 

Comme on l’a mainte fois répété lors de la Grande Journée EEB, nous devons nous projeter dans l’avenir, pas se limiter à combler les besoins actuels. La « machine » qui remplacera votre employé doit faire plus que prendre les fonctions exactes de sa contrepartie humaine. Si le personnel n’arrive plus à fournir vu votre croissance et l’expansion des changements, une automatisation minimaliste ne suffira plus dans quelques années. L’Intelligence Artificielle, entre autres, nous permet beaucoup plus de possibilités que nos standards traditionnels. Il est temps d’imaginer ce progrès maintenant, car si on se compare à l’étranger, force est d’admettre que demain il sera bien trop tard. 

 

Certaines machines aujourd’hui peuvent non seulement effectuer le travail x y ou z, mais même communiquer entre elles, entrevoir des problèmes de production et émettre les signaux nécessaires à un entretient ou mise à jour. Si cette indépendance numérique fait peur, il n’en demeure pas moins que le compétiteur équipé technologiquement saura pousser ces objectifs plus loin que vous. 

Le milieu manufacturier québécois est au moment pivot devant cette révolution technologique. Emboîter le pas vers l’avant est moins un risque et davantage une façon d’assurer sa présence dans une conversation qui n’est pas prêt de finir. Si la dimension de ces défis reste abstraite, les ressources sont multiples pour vous guider. Le ministère de l’Économie comme plusieurs regroupements d’entreprises ont des guides constamment renouvelés puisque c’est dans un intérêt collectif que nous entamons cette mutation industrielle. 

 

Dans un ordre plus concret, nous avons l’obligation de cerner un aspect essentiel au succès 4.0. Il ne s’agit pas là de mécanique ou d’informatique au sens large du terme. Lorsqu’on parlait plus tôt de communication entre les composantes robotiques d’une chaîne de travail, on vise donc une compétence permettant cette viabilité. Au-delà du développement de logiciels, nous sommes en plein dans les données, le fameux « Data » !

Il faut alors connaître le système choisi, s’entourer d’experts afin de programmer, gérer, sécuriser, mettre à jour et analyser ces milliers de données. C’est peut-être là que l’énergie à trouver la main-d’œuvre qualifiée sera justifiée. C’est maintenant ces personnes qui feront la différence dans ce nouveau monde.   

 

Au final, il n’en tient qu’à vous de faire les gestes nécessaires pour une transformation réussie. Bien que la réalité rattrape quelque peu la science-fiction, l’attitude à adopter ne devrait pas vous sembler si différente que pour d’autres enjeux.

Il s’agit de constater la véracité de la situation, choisir ses batailles, imaginer votre futur dans une vision claire et toujours bien s’entourer.       

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média