Blogue

Retour
6 nov. 2019

Un séjour sans électricité, vu depuis le bar!

Tous ceux qui sont passés par l’école connaissent Madame Michelle. 

Et Madame Michelle connait le nom de tous les athlètes. 

Mais attendez. Madame Michelle connait aussi ce que chacun d’entre eux consomme.

Ce weekend, il a manqué d’électricité à l’EEB, durant le septième séjour de la cohorte 17.

Vous ne devinerez jamais le thème du séjour… Exploiter l’incertitude!

Récit d’une soirée pas comme les autres.

 


 

J’étais censée fermer le bar après souper. 

Mais je me suis dit: «Ils (les entrepreneurs-athlètes) n’auront rien à faire dans leur chambre!». Et ils ne voulaient pas partir. L’un d’entre eux a parti sa musique.

Je change toujours leurs verres, à chaque drink. 

Mais ce soir-là, je me suis dit: «Christie, je vais manquer de verre!». Ils n’avaient pas pu faire toute la vaisselle dans la journée, faute du manque d’électricité.

Je cognais sur ma bouteille d’Ungava pour avoir leur attention.

- Désolée, mais ce soir, les verres, ça va être les mêmes à chaque consommation...

Ils m’ont répondu: «Voulez-vous qu’on vous les lave?»

- - -

Quand j’allais manquer de stock, j’ai demandé aux 2 plus grands de venir avec moi en bas, avec leur lampe frontale. 

J’avais un petite liste de ce qui manquait

« Frederic: éclaire-moi!»

« Stéphane tu vas apporter la caisse de Bud, un Ungava, des citrons, des limes, un ci, un ça»

Et ils se chargeaient les bras!

- - -

Comme je ne pouvais pas faire de facture, je notais tout à la mitaine. 

Ils me disaient: «Madame Michelle, êtes-vous sûre que vous allez vous rappeler de ça?»

Je leur répondais: «Inquiète-toi pas, pour l’argent et pour biller, j’oublie pas !!!»

Le lendemain matin, j’ai tout mis au propre. Par chance, je connais tous leur nom, je sais ce que chacun consomme. C’est ben rare que je trompe!

 Ce soir là, c’était moi la gardienne du fort !

(je vous laisse deviner lequel ;) ) 

- - -

Ça aura été toute qu’une réorganisation pour la vingtaine d’heures qui a manqué d’électricité.

Des employés sont allés chercher des cafés au Tim pour nos athlètes, les repas ont été servis par un traiteur de la région.

Les cours étaient donnée dans la verrière, parce que ses grandes fenêtres procuraient assez de lumière.

 

Une athlète est même allée chercher une génératrice à Québec, qui a alimenté la salle de cours!

 

Comme un de nos entrepreneur-athlète l’a si bien dit: «Malgré le manque d'électricité, the show must go on!»

On aurait pas pu mieux tomber pour un séjour appelé « exploiter l’incertitude ». 2 jours à l’école sans électricité nous auront permis de vivre notre séjour en dehors de notre zone de confort. Un gros merci au personnel de l’EEB qui a su prendre la situation en main! - André-Pierre Gaudreau, entrepreneur-athlète, Cas par Cas Artisans-Bâtisseurs

À propos de l'auteur

Marie-Pierre Guignard

Marie-Pierre Guignard

Marie-Pierre est coordonnatrice marketing numérique et communauté. Elle vous fera vivre l'EEB au travers de ses récits!

Commentaires

comments powered by Disqus

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média