Motivation

Comment je changerais le monde si je n'avais peur de rien? par Simon De Baene

Copié
90582 EEB20 Magazine 14sept 02 14


Je nous bâtirais un écosystème technologique plus québécois, sans avoir peur des géants venus d’ailleurs.

Ce qui m’agace en ce moment, c’est qu’on vénère les grandes entreprises technologiques étrangères. Pour moi, ça représente le danger de mettre nos talents québécois, ceux qui viennent de nos écoles, au profit de ces multinationales. Oui, on en retire des retombées en salaires, mais le gros de la valeur ajoutée que nos talents vont créer s’en va.

-

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE
Recevez des nouvelles sur l’entrepreunariat, la croissance, la rentabilité et les défis d’affaires

-

Il faudrait arrêter d’avoir peur pour que le Québec se donne une forme d’indépendance par rapport à sa capacité de créer le prochain Google.

Qu’on ait un écosystème technologique plus autonome, qu’on crée de la valeur par et pour les gens d’ici. J’aimerais que les talents d’ici ne veuillent plus s’exiler. J’aimerais qu’on ait un écosystème technologique riche, détenu par des propriétaires du Québec. Ce serait bien qu’en 2030, on puisse voir des compagnies solides qu’on a fondées, nos propres licornes, qui exportent dans le monde. Ça va générer plus de prospérité pour le Québec.

On a tout pour le faire.

Par Simon De Baene, cofondateur et chef de la direction de GSoft et entrepreneur-entraîneur EEB

Pour obtenir la version numérique
À propos de l'auteur
I Gxjlg EH
Membre de l'équipe de
l'École d'Entrepreneurship de Beauce
Notre mission est de créer une institution mythique, un espace où tout est réuni pour favoriser les échanges et l’entraide authentiques entre entrepreneurs et ainsi propulser la prospérité du Québec tout entier.
Partager cet article avec votre équipe
Copié