La créativité réinventée avec Marc-Antoine Legault

Copié
MA Legault

La créativité, ça peut sembler sorcier. On oublie parfois que créer, c’est universel. Il suffit de se donner les outils et les moyens pour qu’elle se manifeste.

On associe souvent la créativité à l’art, mais être entrepreneur nécessite aussi de se réinventer et de construire son entreprise. Cette capacité à concrétiser une idée ou à développer un concept amène les entrepreneurs à repousser leurs limites, à être originaux et à proposer des solutions innovantes. À l’EEB, on croit qu’être créatif, c’est à la portée de tous.

Vous n’êtes pas convaincu? Nous avons discuté avec Marc-Antoine Legault, diplômé de la cohorte G10 Émergence, pour connaître son avis.

Après avoir travaillé dans le milieu du cinéma comme producteur et directeur de production, Marc-Antoine a décidé de rejoindre l’entreprise familiale Mondou, groupe Legault. Depuis maintenant 4 ans, il suit le parcours d’intégration de la relève de l’entreprise. Durant ce parcours, il a développé une nouvelle offre de service ainsi qu’une toute nouvelle image pour Mondou. Maintenant, il occupe le poste de chef marketing de contenu où il cherche à placer l’entreprise comme chef de file en bien-être animal.

La créativité entrepreneuriale

Avec son parcours atypique, il est le mieux placé pour nous expliquer comment un projet artistique et un projet entrepreneurial peuvent être liés. « L’essentiel, c’est de réaliser que, dans tous les cas, les deux façons de travailler sont les mêmes, il y a seulement la finalité qui est différente. Il suffit de retourner à l’idée, de faire des recherches et de planifier le terrain de jeu dans lequel tu te retrouves. »

Dans une entreprise, on est rarement seul. On travaille souvent avec une équipe et ça peut arriver qu’une idée ne fasse pas l’unanimité. À noter ici que Mondou compte 850 employés et 7 divisions. « C’est normal que les associés posent des questions. À partir du moment où tu collabores avec la créativité, tu crées un réflexe auprès des gens. Ils deviennent plus enclins à identifier et comprendre une idée originale qui se distingue. »

L’important, c’est de ne pas voir la structure de l’entreprise comme un frein à la créativité. « On peut s’accomplir même si c’est plus difficile, ça permet de se poser des questions, parce que ce n’est pas vrai que toutes les idées sont bonnes. On peut vraiment se faire challenger. Quand on réussit à développer une relation de confiance, c’est là qu’on obtient la crédibilité pour expliquer notre message, ce qu’on veut véhiculer. » Une idée peut être excellente, mais elle nécessite du travail, des recherches, et surtout, de savoir saisir les opportunités. « Pour développer sa créativité, on doit être capable de s’asseoir et réfléchir. Ce n’est pas seulement d’avoir l’idée, c’est aussi tout le travail qu’il faut faire derrière pour qu’elle fonctionne. » Le résultat, ce n’est que la pointe de l’iceberg.

Tout est possible, il suffit d’y croire

« Les gens croient qu’ils ne sont pas créatifs, mais le cerveau est un muscle qui se développe au même titre que la forme physique. Plus tu le pratiques, plus il deviendra fort. »

Au-delà de l’inventivité d’une personne, elle doit aussi se connaître et avoir confiance pour que son projet fonctionne. Si tu n’y crois pas, qui le fera? « C’est facile de croire qu’il faut être un grand financier pour réussir. Avant mon passage à l’EEB, j’en étais convaincu. Depuis, j’ai réalisé que j’avais ma valeur en tant que gars qui provient d’un autre milieu. Ça m’a permis de croire en moi, chose que je ne faisais pas avant. »


À propos de l'auteur
I Gxjlg EH
Membre de l'équipe de
l'École d'Entrepreneurship de Beauce
Notre mission est de créer une institution mythique, un espace où tout est réuni pour favoriser les échanges et l’entraide authentiques entre entrepreneurs et ainsi propulser la prospérité du Québec tout entier.
Partager cet article avec votre équipe
Copié