Réflexions

«Faite icitte»

Copié
Faite icitte

Originalement publié sur Les Affaires

Il y a quelques années, en faisant le tour de la Gaspésie avec les enfants, j’ai été émerveillée de découvrir des souvenirs de voyage créés et fabriqués par une entreprise de Matane : Arseno. Enfin, il était possible de ramener, à prix accessible, autre chose que du Made in China, sans tomber dans l’artisanat de luxe – souvent magnifique, mais pas à la portée de tous. Cet été, j’ai été encore plus agréablement surprise de découvrir à Percé une autre marque locale, qui fait travailler des Gaspésiens : Faite icitte.

Depuis le début de la pandémie, on nous invite à acheter local pour soutenir les entrepreneurs et les emplois chez nous. Le gouvernement a mis en place le Panier bleu pour nous aider à s’y retrouver. La difficulté, c’est qu’on y retrouve de tout… du commerce qui vend des produits authentiquement québécois; terroir ou confection, aux commerces de propriété québécoise, qui vendent des produits venus de partout sur la planète, comme des lunetteries qui offrent Kendall & Kylie, Gucci et Prada. C’est correct d’encourager l’un et l’autre, mais quand on veut l’achat local total, la vigilance est de mise.

À Percé, quand j’ai eu devant les yeux Mon T-shirt est faite icitte, j’ai souri. L’audace marketing, la couleur inimitable de cette langue de chez nous imprimée sur du tissu : wow! Je n’ai pas pu résister et j’en ai ramené un que je porterai fièrement. Robes, sacs, tabliers : Créations faites icitte, dirigée par la designer Véronique Lambert, produit quelques vêtements et accessoires en quantités limitées depuis 2007, en vente dans des commerces locaux.

Je me suis prise à rêver du jour où la ribambelle de magasins de souvenirs du Vieux-Québec, qui proposent des casquettes et chandails pour faire voyager les jurons sur la planète, explorent la langue de nouvelles manières et fassent mieux que proposer des sérigraphies d’ici pour offrir des vêtements qui font travailler des couturières chez nous. J’ai rêvé aussi du jour où chaque région nous offrirait ses vêtements et accessoires souvenirs à sa couleur typique.

À Percé, le thème de la mer domine. Ailleurs, ce pourrait être la forêt, la gastronomie, l’énergie, l’histoire… Toutes nos régions ont leurs caractéristiques qui gagnent à être mises en valeur. Au-delà d’une image, elles représentent un mode de vie et c’est ça qu’on aime rapporter chez soi en souvenir : quelque chose qui représente pourquoi on a été bien en vacances dans ce coin de pays.

L’idée d’acheter quelque chose qui fait travailler les gens d’une région qu’on a aimée fait autant de bien que le cadeau qu’on s’achète. Alors chers entrepreneurs, comment pourriez-vous vous inscrire dans la tendance achat local et faire naître l’émotion chez le client, celle qui va stimuler vos ventes?

À propos de l'auteur
Valérie Lesage
Valérie Lesage
Collaboratrice du Centre de l'intelligence entrepreneuriale à l’EEB
La mission du CIE est de stimuler l'intelligence entrepreneuriale, à l'école et à l'extérieur de l'école. Ex-journaliste, tête de communication, formée aussi en coaching de gestion, Valérie baigne dans le monde de l'entrepreneuriat depuis plusieurs années. Elle se sert des histoires pour créer un monde meilleur - un mot à la fois. Moins de préjugés, plus de solidarité, plus d'inspiration, plus de réflexions: voilà vers où ce blogue veut vous amener!
Partager cet article avec votre équipe
Copié