Nouvelles

Retour

Des athlètes-entrepreneurs comblés

4 oct. 2010

Qu'ils soient là à la base pour assurer la continuité de leur entreprise, la faire grandir ou acquérir diverses connaissances qui les aideront dans le monde des affaires, la totalité des entrepreneurs-athlètes rencontrés étaient tous à la fois surpris et heureux de voir qu'en seulement deux jours à l'EEB, c'est d'abord à propos d'eux-mêmes qu'ils en ont déja le plus appris.

Des mentors d'exception

Jean-François Pouliot, président de l'entreprise Macpek, à Québec, est déja étonné de la somme de connaissances qu'on lui a transmises en seulement deux jours. « C'est très intéressant. Il y a énormément de stimulus et d'idées qui fourmillent ici. Les personnalités qu'on rencontre ici, qu'ils proviennent du monde des affaires ou même du domaine sportif, font un partage de savoir-faire exceptionnel avec nous. La quantité d'information qui nous est communiquée ici est immense », partage M.Pouliot.

Selon ce dernier, c'est la possibilité d'avoir comme mentor les plus grands parmi les grands qui l'a poussé à soumettre sa candidature à l'EEB. « Les formateurs sont des gens qui accomplissent des choses au quotidien et nous partagent leur recette. Ça pour moi, ça me parle beaucoup. Ce sera pour moi un privilège chaque jour de venir ici, d'ouvrir mes horizons à autres choses. »

De son côté, l'entrepreneur-athlète Claude Poulin, président d'iClic et du portail électronique  EnBeauce.com à Saint-Georges, s'est laissé surprendre par cette institution qu'il a pourtant vu naître dans sa région. « Ça commence en lion. Disons qu'on s'est fait sortir de notre zone de confort assez vite. En tombant dans le concret, on se rend compte que c'est du gros calibre », admet M. Poulin.

Un défi de taille

Pour justifier cette sortie de zone de confort, ce dernier donne l'exemple du premier défi qu'à lancé leur premier « professeur », l'homme d'affaires bien connu Pierre Pomerleau, aux étudiants de cette première cohorte. Dans huit mois, tous les entrepreneurs-athlètes devront aller ensemble, gravir le mont Washington, point culminant du nord-est des États-Unis avec une altitude de 1 916 mètres.

L'entraînement physique en vue de ce défi a d'ailleurs commencé dans l'heure ayant suivi l'acceptation de celui-ci par le groupe. « Notre fil conducteur, c'est que des entrepreneurs en santé, ça fait des entrepreneurs plus performants », admet la directrice des lieux. L'ascension devrait avoir lieu au mois d'avril prochain. Nous vous en donnerons des nouvelles...

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média