Nouvelles

Retour

Retour aux affaires... et aux études

12 mars 2011

«Les trois premiers mois, j'étais en quasi-dépression. Je devais faire mon deuil d'une entreprise que j'avais contribuée à bâtir et qui était passée de 3 à 40 employés pendant les 10 années où j'y étais.»

C'est en janvier 2010 qu'il a commencé à regarder les occasions d'affaires qui se présentaient. Il a tout considéré: les beignets, les canneberges, la conception de plateaux électroniques. Vraiment tout.

«J'avais trois critères: un secteur où il était possible de générer de la croissance, une entreprise déjà établie et rentable, mais n'avait ni l'organisation ni la structure pour aller plus loin.»

Il y a une chose qu'il faut savoir sur Robert Michaud: il est méthodique et organisé. Ce besoin d'ordre et de clarté, il l'a appris dans son ancien métier. Il en a effet été directeur de succursales bancaires pendant plusieurs années, sur la Côte-Nord, dans le Grand Nord et dans la région de Québec.

Son dévolu porte sur Ramp-Art, une entreprise de Lévis. Ramp-Art fabrique des garde-corps en aluminium pour la construction résidentielle et commerciale. Elle est la seule au Canada à fabriquer sur mesure des garde-corps courbés avec écran de verre, qui contribuent élégamment au design de projets architecturaux plus novateurs.

«Ramp-Art avait une expertise reconnue et une solide réputation au Québec. C'était un leader dans sa niche et elle affichait une belle rentabilité.» Robert Michaud a néanmoins vu dans son organisation quelque chose qu'il pouvait rapidement améliorer.

Sur le bureau où nous faisons l'interview, il y a un organigramme de Ramp-Art et j'en vois un autre sur le mur. L'idée est de faire comprendre quelles sont les responsabilités dévolues à chaque cadre. «Avant mon arrivée, en août dernier, tout le monde se rapportait au président. Ce n'est plus le cas», dit-il.

Robert Michaud a rapidement vu le potentiel de développement de sa nouvelle acquisition.

«Il faut élargir le marché et ne plus dépendre uniquement de nos clients québécois. Nous avons un produit haut de gamme unique de A à Z et certains de nos clients ont hâte qu'on y soit», dit Robert Michaud.

Rien n'est donc laissé au hasard pour la conquête du marché canadien. Ramp-Art offre des cours d'anglais à son personnel et des cours privés intensifs à quelques employés clés. Le vendredi, les employés sont même encouragés à se parler en anglais entre eux. Un représentant est en poste à Toronto et les futurs employés devront être bilingues. Le site web sera dans les deux langues et la documentation sera traduite.

«Nous visons une croissance annuelle de plus de 15% par année pour doubler nos revenus d'ici cinq ans», explique Robert Michaud. Il veut ensuite partir à la conquête du monde et ajouter le mot «International» à sa raison sociale. Dans 10 ans, Ramp-Art veut dépasser les 20 millions de dollars.

Cette idée de miser sur les marchés extérieurs pour donner un nouvel élan à son entreprise lui est venue à la nouvelle École d'entrepreneurship de Beauce. Il s'y est inscrit, emballé par le projet de Marc Dutil, mais aussi pour être lui-même à la hauteur des objectifs qu'il se donnait pour sa nouvelle entreprise.

«Nous sommes 25 entrepreneurs qui vivons la même réalité. J'apprends beaucoup. Mon niveau de conscience s'est considérablement élevé même si je débute à peine la formation de 100 jours répartis sur deux ans.»

C'est au premier week-end de cours que Pierre Pomerleau, président de la célèbre entreprise de construction, lui donne le goût d'étendre ses activités au-delà du Québec. Au deuxième week-end, c'est le président de Cascades, Alain Lemaire, qui lui fait prendre conscience des valeurs qu'il veut donner à son entreprise et comment celles-ci permettront sa croissance.

Le développement de Ramp-Art sera dorénavant axé sur la progression de l'entreprise, son intégrité, sa transparence, la création de valeurs, l'efficacité opérationnelle et l'engagement de ses employés.

Cela n'est pas sans conséquence. Robert Michaud veut déménager l'usine en 2012 dans un espace au moins deux fois plus grand. «L'École d'entrepreneurship de Beauce augmente ma capacité à pouvoir amener cette entreprise au sommet.»

_________________

Robert Michaud

SON IDÉE

Acheter une entreprise et renforcer ses compétences en s'inscrivant à l'École d'entrepreneurship de Beauce.

SES PARENTS

Mon père est devenu entrepreneur à 40 ans en achetant une grande station-service à Sept-Îles.

SES ÉTUDES

En mécanique, puis à l'université pendant 13 ans en formation continue.

SON PREMIER EMPLOI

À la station-service de ses parents, puis à 21 ans comme banquier sur un bateau flottant qui desservait la Basse-Côte-Nord.

SA PRINCIPALE QUALITÉ

Capable de bien communiquer. Intègre et respectueux.

SON PRINCIPAL DÉFAUT

Il m'arrive de prendre des décisions trop rapidement.

SON MODÈLE

Son père et Alain Lemaire, de Cascades.

SA DEVISE

«Quand tu ne produis rien, le moral descend.»

UN PASSE-TEMPS

La boxe et la plongée sous-marine. Marcher avec son chien.

HABITUDE DE TRAVAIL

Je fais mon plan de bataille avant de commencer la journée.

CE QUI LE REND HEUREUX AU TRAVAIL

Les bons résultats.

CE QUI LE MET EN ROGNE AU TRAVAIL

Quand on ne fait pas ce qui avait été prévu.

LES PROCHAINES ANNÉES LUI PERMETTRONT DE...

S'intégrer à une communauté d'affaires de ligues majeures et projeter son entreprise à l'échelle nationale.

UNE CHOSE À CHANGER POUR LES ENTREPRISES DU QUÉBEC

Il manque une structure organisationnelle à beaucoup de PME.

______________________

L'OPINION DE L'EXPERTE

Nathaly Riverin, directrice générale de l'École d'entrepreneurship de Beauce (EEB)

Dès notre première rencontre, Robert Michaud me confiait venir à l'École d'entrepreneurship de Beauce pour partager et échanger avec d'autres, c'est un ingrédient essentiel au succès de EEB, le réseautage de qualité.

Après cinq jours, il avait déjà pris la décision de voir plus grand et de cibler un plus vaste marché. C'est exactement ce que nous souhaitons réaliser avec EEB: accompagner les entrepreneurs ambitieux vers la croissance. Orienté vers l'action et les résultats, avec un sens du partage hors du commun, le tout combiné à une belle authenticité, Robert Michaud a certainement le profil d'un grand leader.

Merci au Fonds de solidarité FTQ de nous avoir dirigé vers cet entrepreneur.

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média