Nouvelles

Retour

Une nouvelle école pensée pour les entrepreneurs… par des entrepreneurs!

4 mai 2011

Convaincue que le développement des entreprises est primordial pour dynamiser le Québec d’aujourd’hui, la directrice générale de l’école beauceronne, Nathaly Riverin, présentait cette nouvelle institution aux membres de la Chambre de commerce et d’industrie Sorel-Tracy métropolitain jeudi dernier. 

Une école d’action

Comme l’a rappelé Mme Riverin, plusieurs entrepreneurs ont décroché de l’école traditionnelle, d’où l’intérêt d’offrir à l’EEB un programme axé sur l’action – incluant des activités sportives, sociales, musicales, etc. – et le coaching, proposant ainsi un concept différent où les mots « pédagogie » et « professeurs » ne sont pas de mis de l’avant. « Il s’agit d’un programme de formation continue sur deux ans, qui se définit en quinze modules qui permettent de développer les qualités entrepreneuriales observées chez l’ensemble des entrepreneurs du Québec : « Écouter et communiquer », « Décider et s’engager », « Se connaître et s’entourer », etc. Les gens s’inscrivent pour deux ans et viennent à chaque deux mois suivre cinq jours de cours intensifs à Saint-Georges-de-Beauce, dans une auberge centenaire entièrement restaurée, à la fine pointe de la technologie. 

La particularité, c’est qu’il n’y a pas de professeurs et que l’enseignement est dispensé par des entrepreneurs chevronnés et recrutés à travers l’ensemble du Québec. Parmi ces « entrepreneurs-entraîneurs », nombreux sont à la tête d’entreprises de renom, employant une proportion importante de la main-d’œuvre du Québec et qui génèrent des milliards de chiffres d’affaires par année. 
Marcel Dutil (Groupe Canam), Ève-Lyne Biron (Biron Groupe Santé), Gregory Charles (Groupe Musique Greg), Charles Sirois (Télésystème Ltée), Pierre Pomerleau (Pomerleau), François Côté (Telus Québec), Éric Chouinard (iWeb Technologies), Alain Lemaire (Cascades), font partie de la cinquantaine d’entrepreneurs participants. 

Confiance et assurance 

Appelé à témoigner de son expérience à titre de participant, 
Daniel Bélisle, à la tête de Pneus Bélisle (Boucherville), estime que la formation à l’EEB lui a permis de développer davantage sa confiance et son assurance, mais surtout, l’esprit familial entre les participants lui a donné la chance d’échanger avec d’autres entrepreneurs vivant la même chose que lui. 

La Beauce, un endroit stratégique 

Peut-on s’interroger sur le choix de Saint-Georges-de-Beauce? Pour le président fondateur et instigateur du projet, Marc Dutil, l’idée est de faire de cette ville reconnue pour son dynamisme économique et entrepreneurial, un lieu de référence de l’entrepreneuriat, participant à la vie économique et sociale du Québec. « D’ailleurs, ajoute Mme Riverin, c’est la communauté beauceronne qui a décidé qu’elle allait se doter d’une école. C’est grâce à elle – ainsi qu’aux 400 bénévoles qui ont soutenu le projet et aux 3,3 M$ de dons – qu’on a ouvert les portes en septembre dernier [2010] ». 

Pour s’inscrire 

L’école peut accueillir 50 participants par année, soit deux cohortes de 25 personnes, en provenance de l’ensemble du Québec. Les candidats recherchés sont des entrepreneurs cherchant à développer leur savoir-faire et leur réseau de contacts, et présentant le plus grand potentiel et les projets d'affaires les plus créateurs de valeur. Le coût est de 26 500 $. Pour en savoir davantage, on peut visiter le 
www.enbeauce.com.


Daniel Bélisle (Pneus Bélisle, Boucherville), Marie-France Carra, présidente de la Chambre de commerce, et Nathaly Riverin, directrice générale de l’école beauceronne

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média