Nouvelles

Retour

S’adapter au changement

6 oct. 2011

C’est essentiellement le message que le président du conseil et chef de la direction de Telesystem, Charles Sirois, est venu livrer à l’École d’Entrepreneurship de Beauce le vendredi 30 septembre dernier. Devant une salle bondée, le géant des télécommunications québécoises a parlé abondamment de sa théorie de la gestion organique d’une entreprise calquée sur la nature. Ceci dans un contexte où il y a une dislocation du monde du travail causée par de grands mouvements des technologies de l’information. Car l’évolution des techniques de diffusion de l’information et la capacité de traitement de celle-ci a provoqué de grands bouleversements dans la façon de concevoir la gestion des entreprises. La démocratisation du savoir et de la demande, la délocalisation de l’économie, l’accès aux capitales et la vélocité du changement font en sorte que les gestionnaires sont confrontés à une réalité sans cesse changeante. Comment survivre dans ces conditions ? En s’appuyant sur la force du code génétique. « Une entreprise peut se comparer à un être vivant ou l’entrepreneur est le producteur du code génétique », explique-t-il en continuant son analogie avec la nature. Comme pour les êtres vivant, la force de ses gènes va déterminer la capacité à survivre d’un organisme.

L’ère de la créativité

L’homme d’affaires le dit sans retenu, la société actuelle est dans une profonde phase de changement. « Nous quittons l’ère de l’information vers l’ère des connaissances et de la créativité », affirme-t-il. Désormais, la valeur ajoutée n’est plus une question d’avoir accès à quelque chose mais bien « de créer des choses ». Pour continuer dans ce contexte, une organisation doit arrimer son modèle de gestion à cette nouvelle réalité. Ainsi, l’entreprise doit avoir une approche adaptative à l’environnement en mouvement. Attention, l’homme à qui le succès colle à la peau le dit d’amblée, cette théorie organique de la gestion ne s’applique pas à tous les entreprises. En ce sens, la construction d’un pont devrait dépendre d’un modèle de gestion mécanique. Dans le cas contraire, « on pourrait être surpris du résultat », laisse-t-il tomber.

 

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média