Nouvelles

Retour

Partager sa vision

15 mai 2012

L'homme d'affaires a récemment été sélectionné pour faire partie de la quatrième cohorte de L'École d'Entrepreneurship de Beauce. M. Bonneville pourra bénéficier des conseils de grands entrepreneurs québécois comme Jean Coutu, Laurent Beaudoin (Bombardier) et Alain Lemaire (Cascades).

Éric Bonneville possède tout de même une vaste expérience du monde des affaires. Il est de la troisième génération de la famille à tenir les rênes de l'entreprise. Il y a 50 ans, c'est son grand-père, Paul-Émile, qui fonde l'entreprise à Thedford Mines, après avoir quitté le monde de l'amiante. Il se met alors à vendre des maisons mobiles et des systèmes de chauffage. Aujourd'hui, l'entreprise de fabrication de maisons usinées distribue ses produits partout au pays et aux États-Unis, particulièrement en Nouvelle-Angleterre.

Les qualités nécessaires

La saine gestion d'une entreprise débute par une saine gestion de soi. «II faut avoir un équilibre de vie entre la famille, le sport et le travail. Je pense même que le ressourcement est au premier plan, avant même le travail. Faut être en forme et bien dans sa tête pour être performant comme entrepreneur. »

M. Bonneville a eu la chance de baigner très tôt dans l'entreprise. Il a travaillé dans l'usine, la construction, le dessin, les achats et la gestion. Il admet avoir quitté l'école très tôt pour se concentrer sur le travail. Bien qu'il conseille aux futurs entrepreneurs de faire leur classe, il rappelle que la plupart des grands entrepreneurs de notre époque n'étaient pas nécessairement des gens studieux, mais plutôt des rêveurs.« Il faut posséder des qualités de visionnaire, dit-il. Sinon, on se limite. » 

Il faut d'abord développer sa vision, puis prendre des décisions. «Ensuite, on doit partager ces décisions de façon claire et enthousiaste. Il faut savoir convaincre les gens autour de soi. Et finalement, une fois tous les gens convaincus, il faut maintenir le cap. C'est-ce qui assure la réussite de l'entrepreneur.»

«C'est primordial de bien savoir s'entourer, surtout de gens opérationnels, de façon à se libérer l'esprit pour penser à la stratégie de l'entreprise, rappelle M. Bonneville. Ça m'a pris du temps à le comprendre. Beaucoup d'entrepreneurs se sont éteints, car ils restaient pris au niveau de la production, ce qui les brimait dans leur rêve et leur vision. Il faut apprendre à déléguer.»

La famille

Impossible de parler des Industries Bonneville sans parler de famille. «C'est plus difficile de gérer l'émotionnel dans une entreprise familiale. Le défi, si l'on veut progresser, c'est de toujours se poser la question de ce qui est mieux pour l'entreprise, en faisant abstraction du milieu familial. C'est très dur. Toutefois, l'union de la famille permet aussi de développer un climat de confiance plus profond», admet M. Bonneville.

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média