Nouvelles

Retour

Un peu plus haut, un peu plus loin : des associés de McCarthy Tétrault escaladent le mont Washington

18 mai 2012

Les associées de McCarthy Tétrault Anne-Marie Naud, du groupe Droit des affaires, et Céline Legendre, du groupe Litige, sont bien placées pour dire que les similitudes ne se limitent pas à la simple métaphore.

Le matin du vendredi 27 avril, Anne-Marie et Céline se sont réveillées à 5 h pour se préparer à grimper durant 14 à 16 heures le versant est du formidable mont Washington, au New Hampshire.

Les deux femmes ont participé à ce défi physique à titre de représentantes de notre commandite auprès de l’École d’Entrepreneurship de Beauce, au Québec, qui se consacre à former la prochaine génération d’entrepreneurs.

McCarthy Tétrault participe à de nombreuses activités pour l’école et, en tant que fier commanditaire, a toujours pris part à l’ascension annuelle du mont Washington, test physique auquel tous les étudiants doivent se soumettre dans le cadre du programme de l’école.

Parmi les personnes qui ont participé à l’ascension par le passé, on trouve François Amyot et Frédéric Cotnoir, associés du groupe Droit des affaires, ainsi que Clemens Mayr, associé du bureau de Montréal.

Clemens affirme que l’engagement de McCarthy Tétrault à l’égard de cette escalade tire son origine d’une « occasion de commandite traditionnelle que nous avons transformée en beaucoup plus : un partenariat par lequel nous apprenons à connaître plusieurs vrais entrepreneurs en participant avec eux à un défi individuel ardu ».

Selon lui, le partenariat avec l’École d’Entrepreneurship de Beauce, et en particulier l’activité d’escalade, illustre la solide activité du cabinet et son engagement à afficher une croissance constante.

« Je crois que cela devrait inspirer chacun de nous à remettre en question nos méthodes habituelles et à faire preuve de créativité pour nous engager de manière significative auprès des intervenants sur le marché, du monde des affaires et des clients potentiels », affirme Clemens.

Pour la troisième année de participation, Anne-Marie, Céline et un groupe d’environ 30 personnes au total se sont divisés en sous-groupes pour amorcer l’ascension vers 7 h 30. Avec le sol encore enneigé et des vents soufflant jusqu’à 140 km/h, Anne-Marie se rappelle à quel point l’expérience était dangereuse : « Nous étions fatigués et nos muscles étaient endoloris. Nous devions être très prudents et constamment surveiller les autres. »

Tous pour un

D’après Anne-Marie, grimpeuse et randonneuse pédestre chevronnée, les principaux aspects de l’ascension, soit la discipline, la détermination, la patience, la tolérance et surtout le travail d’équipe, s'appliquent parfaitement à « notre vie quotidienne chez McCarthy Tétrault ».

« J’ai vu les gens se regrouper pour s’assurer que personne n’est laissé derrière. Le groupe ne peut pas aller plus vite que son membre le plus lent, indique-t-elle. Cela m’a fait penser au bureau et à l’importance, pour chacun de nous, de donner une petite poussée à nos collègues lorsqu’ils en ont besoin. »

Sa référence à la « poussée » vient d’un moment, à la montagne, où la poussée est devenue une méthode d’encouragement et un moyen d’avancer. Pour elle, l’image illustre bien l’effet qu’une poussée peut avoir : « Je n’en croyais pas mes yeux. J’ai vu un membre du groupe aider physiquement un autre membre à avancer en lui poussant dans le dos. C’était une réelle démonstration de travail d’équipe. »

Atteindre de nouveaux sommets

Autant Céline croit à ce que les gens peuvent accomplir au cabinet, autant elle croit qu’on peut toujours s’améliorer. Son expérience lui a non seulement appris à mieux se connaître, mais également à mieux connaître les personnes qui l’entourent.

« Lorsqu’on se met au défi physiquement, mentalement et émotionnellement, on commence à comprendre ce qu’il faut pour réussir, indique-t-elle. Je me suis rendu compte que je ne peux pas tout faire seule, mais qu’avec une équipe focalisée sur l’atteinte d’un but commun, tout est possible. »

Anne-Marie partage ce sentiment en affirmant que malgré le fait qu’elle se trouvait à l’extérieur de sa zone de confort (même en tant que grimpeuse et randonneuse pédestre chevronnée – les mauvaises conditions météorologiques peuvent rendre quiconque inconfortable), elle était en mesure de voir ce qui devait être accompli et de constater que les participants pouvaient l’accomplir ensemble.

« Nous avons des obstacles à surmonter chaque jour au bureau, un peu comme les défis que nous avons dû affronter sur la montagne, ajoute-t-elle. Mais nous devons tous nous adapter et nous aider les uns les autres. »

« Rien n’est facile lorsqu’on est seul, mais avec l’aide des autres, l’objectif paraît beaucoup plus réaliste, conclut-elle. Exactement comme lorsqu’on grimpe une montagne. »

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média