Nouvelles

Retour

Développer la fibre entrepreneuriale, ça commence jeune!

11 janv. 2013

Article « Apprendre à entreprendre » par Pierre Théroux le 12 janvier 2013 sur lesaffaires.com

À l'école primaire Centrale de La Tuque, en Mauricie, chaque classe est invitée à élaborer un projet entrepreneurial qu'elle devra mener à terme durant l'année scolaire.

Des élèves de 3e et 4e années ont ainsi réalisé un projet de production de livres électroniques à l'intention des plus petits dans le but de développer le plaisir de la lecture. D'autres ont produit des capsules vidéo pour sensibiliser les citoyens de la ville à la protection de l'eau, au recyclage et à la gestion des déchets.

«L'école doit aussi servir à développer le potentiel entrepreneurial», dit Denis Morin, directeur-conseil en entrepreneuriat à la Commission scolaire de l'Énergie, en Mauricie, dont les 1 600 élèves de ses écoles primaires et secondaires ont participé à la réalisation de projets entrepreneuriaux.

À Québec, Marc Dallaire, directeur général du Collège François-de-Laval, croit également que les maisons d'enseignement ont la responsabilité de permettre à leurs élèves de faire valoir tous leurs talents et champs d'intérêt. «Nous sommes capables, dès le primaire et le secondaire, de repérer nos futurs artistes, scientifiques et sportifs, mais moins outillés pour déceler celles et ceux qui dirigeront dans quelques années nos entreprises», précise le dirigeant de cette école secondaire.

Le Collège, anciennement Le Petit Séminaire de Québec, vient ainsi de lancer une série de mesures pour faire vibrer la fibre entrepreneuriale de ses élèves. Au programme : l'introduction d'un volet Entrepreneuriat et Finances dans un cours de 5e secondaire, des visites industrielles lors d'activités parascolaires, des simulations boursières, des conférences de personnalités du monde des affaires et des finances, et même un camp d'été à l'École d'entrepreneurship de Beauce (EEB) pour des jeunes de 4e et 5e secondaire.

«Les jeunes auront la chance de côtoyer des entrepreneurs qui vont témoigner de leur expérience», dit Nathaly Riverin, directrice générale de l'EEB, en soulignant aussi l'importance d'inscrire l'entrepreneuriat dans le parcours scolaire.

La Fondation de l'entrepreneurship, qui travaille depuis plus de 30 ans à promouvoir l'entrepreneuriat, souhaite étendre sa portée avec le récent lancement de MoovJee, le Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs.

Ce programme, initié en France, «veut amener les jeunes de 18 à 35 ans à considérer l'entrepreneuriat dans leur choix de carrière», explique Yann Dubor, directeur, développement des affaires, à la Fondation. MoovJee misera notamment sur des services d'accompagnement et de mentorat.

«Les jeunes auront la chance de côtoyer des entrepreneurs qui vont témoigner de leur expérience.» -Nathaly Riverin, de l'École d'entrepreneurship de Beauce, qui offre un camp d'été pour des jeunes de 4e et 5e secondaire.

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média