Nouvelles

Retour

L’EEB est une institution sur une lancée

14 mai 2013

M. Dutil aussi président et chef de la direction du Groupe Canam a aussi fait part de sa réflexion. « Quand Harvard n’avait que trois ans, elle avait que trois ans. Elle n’a pas toujours eu 100 ans. Princeton avait trois ans, elle avait trois ans. Le HEC, une belle institution du Québec, a fait graduer huit personnes en 1914, 1915 ou 1917, pas 8000. Toute institution doit se développer », réiètere-t-il.

L’École d’entrepreneurship compte aujourd’hui dans ses rangs, un bassin de 65 entraîneurs-entrepreneurs et 150 entrepreneurs-athlètes dans son programme Élite qui destinés aux entrepreneurs plus aguerris. L’ajout d’un programme Émergence viendra bonifier l’offre pour le milieu des affaires.

« Nous avons bon espoir que la réputation et la qualité des formations qui se donnent à l'EBB dépasseront nos frontières et feront rayonner toute la richesse du Québec, un territoire où se développe l'expérience entrepreneuriale. Le programme Émergence permettra aux nouveaux entrepreneurs de continuer à soutenir la croissance de leur entreprise sur des bases solides, forts d'un nouveau réseau et d'un bagage d'expériences concret et pertinent », a poursuivi le président fondateur.

Cependant, M. Dutil réitère que l’EEB n’aurait pas vu le jour d’abord sans l’appui et la mobilisation de la communauté d’affaires beauceronne. Ses dires sont aussi corroborés par Alain Aubut, président directeur général de la Fondation de l’entrepreneurship du Québec. « Est-ce qu’une École comme cela aurait pu voir le jour ailleurs? Moi, ma réponse est non », affirme ce dernier.

Marc Dutil mentionne que la Beauce est en train de bâtir une véritable institution avec l'EEB.

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média