Nouvelles

Retour

Parrainer un jeune au CEED: L'expérience de David Cartier

30 janv. 2019

Faire des rencontres inspirantes qui nous poussent à faire les choses autrement, c’est aussi ça l’École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB).

 

C’est lors du Défi Réseau 100 du Programme Émergence que j’ai été témoin d’une conversation entre Patrick St-Louis et Martin Deschênes. Patrick exposait ce qu’il avait fait pour soutenir le Camp Entrepreneur En Devenir (CEED) et ses actions m’ont vivement interpellé. On pourrait dire que ça a été l’élément déclencheur de la suite des choses.

CEED c’est un camp d’été d’une durée de 5 jours destiné aux jeunes âgés de 16 à 19 ans attirés par l’entrepreneuriat. C’est l’occasion de faire la rencontre d’entrepreneurs d’expérience, d’apprendre de leur parcours, de participer à des activités qui les font sortir de leur zone de confort. C’est aussi une occasion en or pour en apprendre davantage sur soi et ses motivations profondes. Ce sont là cinq jours où ils partageront des moments inoubliables, où l’on stimule leur réflexion, où ils tissent des liens et ils établissent déjà potentiellement leur réseau. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, la distance n’est plus un enjeu et maintenir des relations est toujours clé pour de futurs entrepreneurs.

J’ai immédiatement été charmé par le concept. Je trouve ça génial de pouvoir offrir à nos jeunes d’être stimulé par autre chose que le modèle académique traditionnel. Je pense malheureusement que l’entrepreneuriat est encore peu promu à cet âge et que le système scolaire ne favorise pas nécessairement cette voie. Quand on pense vouloir devenir entrepreneur, il y a beaucoup de barrières à l’entrée et peu d’aide disponible.

Le programme permet selon moi d’aider ces jeunes à suivre un parcours qu’on ne nous apprend pas à l’école. L’EEB propose des apprentissages atypiques qui peuvent ouvrir de nouveaux horizons.

 

Mon fils y a participé. Mon parcours à l’EEB m’a tellement fait vibrer que je voulais qu’il puisse vivre lui aussi, de façon condensée, cette expérience unique. Puis, j’ai voulu faire vivre cette chance incroyable à d’autres jeunes. Qu’ils aient une profonde passion pour l’entrepreneuriat ou que l’idée d’être entrepreneur ne fasse que commencer à germer; je ne voulais pas faire de distinction.

Je souhaitais faire bénéficier un jeune des familles de nos employés. Ce pouvait être l’enfant, le petit enfant, le neveu ou la nièce, etc. J’ai donc lancé l’invitation à tous les employés et j’ai demandé à ce que le jeune qui avait de l’intérêt pour le programme nous fasse parvenir une lettre d’intention. Et comme j’aime faire participer mes équipes, j’ai décidé de mettre sur pied un jury qui aurait pour mission d’analyser les candidatures reçues.

Le comité a épluché toutes les candidatures et chaque lettre d’intention était écrite dans l’anonymat afin de permettre au jury d’étudier les dossiers en toute objectivité. Trois candidatures ont été retenues et passaient donc à la prochaine étape, soit l’entrevue avec moi-même.

J’ai donc passé en entrevue trois jeunes avec quelques questions très peu protocolaires. Mon objectif était surtout de cibler leur personnalité, valider leur niveau de maturité, mais principalement de valider leur niveau d’ouverture face au monde en échangeant avec eux sur différents sujets d’actualité.

Le jeune sélectionné était très éloquent et attiré par toute forme de nouveaux apprentissages (tant sur le plan personnel que sur le plan académique). Il avait (et a peut-être encore) le désir de posséder des bars avec un concept de franchise. Il nous a partagé son expérience qu’il décrit comme étant intense, mais dans le bon sens du terme. Il dit avoir tissé des liens très solides avec les autres, car les activités les poussaient à se connaître à un niveau avancé, et ce, très rapidement. Il dit d’ailleurs être toujours en contact avec plusieurs d’entre eux et continuer d’utiliser à l’école ou même dans sa vie personnelle les apprentissages faits sur place. Grâces aux différentes activités : l’importante de la communication, savoir se laisser aider, comprendre ses faiblesses et miser sur ses forces... Son enthousiasme en parlant de cette semaine était plus que palpable!

Je suis content de pouvoir faire une différence. On les inspire et ils deviendront peut-être entrepreneur, peut-être pas, mais chose certaine ils n’oublieront probablement jamais cette semaine à l’EEB.

 

Je m’engage personnellement à répéter le concours en 2019 en offrant de nouveau un programme CEED. Et comme on sait si bien le faire à l’EEB, soit de rassembler les gens autour d’une cause... J’invite chaque membre de la communauté à offrir à son tour un CEED. C’est simple et facile à mettre sur pied. Faites participer vos équipes, lancez l’idée à l’interne.

Contribuer à encourager l’entrepreneuriat c’est, selon moi, de contribuer au développement de notre société, que ces futurs entrepreneurs aient de projets sociaux ou commerciaux.

Imaginez les passions que vous pourrez initier. Et si l’idée de l’entrepreneuriat germe assez longtemps chez le jeune qui en aura bénéficié, vous aurez potentiellement aidé un futur entrepreneur à trouver sa voie.

Le défi est lancé!

 

Le CEED 2019 vous est présenté par la Caisse de dépôt et placement du Québec avec l'appui de la Fondation famille Lemaire.

        

              

Pour plus d’info: ceed@eebeauce.com

Partenaires Or

Partenaires Argent

Partenaires Bronze

exquis-bronze.png
Spektrum média